Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'oeil d'haze
  • : Bienvenue dans ma sphere sur les arts martiaux. c'est totalement subjectif et c'est sans aucun prétention
  • Contact

Recherche

10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 01:33
Voici un texte sur le concept de Ziran qui signifie naturel (ou spontané). Je tiens à dire que ce n'est pas parce que c'est un terme très tendance écolo que j'ai traduit ce texte. Mais la relation du ziran avec la respiration

On peut le lire en version anglaise ici.

Ziran - le concept chinois du naturel

 

Un concept essentiel du Taijiquan, dont l'importance est soulignée à maintes reprises, est le naturel. Ce concept est souvent utilisé pour se référer à l'exécution de mouvements. Par exemple, Wu Yinghua disait: "Que ce soit dans la forme ou dans tous les poussées de mains les mouvements doivent être naturels. Il est également utilisé pour souligner le caractère naturel de la respiration. Dans un entretien avec la revue "Arts Martiaux", Ma Yueliang répond à la question si l'étude de Taijiquan est associée à une technique particulière de respiration: "Non. Respirez seulement naturellement. "Ma Jiangbao expose qu’au lieu de contrôler la respiration ou d'adapter les mouvements de la respiration, il faut respirer comme d'habitude lors de l'apprentissage de la forme. Une profonde et complète respiration est assurée par une pratique régulière, et " la respiration s'adaptera tout naturellement aux mouvements ".

En général, tout le monde comprend et accepte que les mouvements et la respiration en Taijiquan doivent être naturels. Cependant, les étudiants en Taijiquan - en particulier les étudiants occidentaux- réagissent avec un mélange de plaisir et d'impuissance quand ils rencontrent des difficultés pour l'exécution des mouvements, et il leur est conseillé d’être "complètement naturel". Cela est généralement dû à une incompréhension fondée sur l'ignorance sur le sens  du concept chinois de ziran. En Taijiquan, ziran est traduit comme "naturel" (note : d’autres traduisent Ziran par spontaneïté). Mais ziran est un concept qui a, à la fois, un sens courant et philosophique.

Ziran est un mot à deux caractères qui se composent du caractère zi et ran. Une simple traduction ferait comprendre le mot comme une combinaison de ses composants. Le dictionnaire (Le Nouveau Dictionnaire chinois-allemand) traduit le signe zi par "soi" et ran par "être ainsi".

La combinaison de ses composants donnerait alors pour ziran: "être soi même". Ce n'est pas qu’une simple traduction. Il donne des indications sur l'idée originale qu’il y a derrière le concept de ziran. Pour les deux caractères réunis dans le même dictionnaire, on trouve pour ziran: "la nature, naturellement, par soi-même, laisser quelque chose prendre sa place [naturelle]». Ziran peut être simplement assimilé à la nature, mais il indique également la nature interne de tout être et de toute chose, qui sont « soi-être ainsi ».

Si l'on étudie l'histoire de la philosophie chinoise, on trouve la première utilisation de la notion de ziran chez Laozi, chez Zhuangzi, dans le canon mohiste, et aussi dans Xunzi.

Le concept de ziran a été développé comme une réponse à la question, «qu’est ce que le dao? Chez Laozi, le verset 25 dit: «Les êtres humains sont soumises à la loi de la terre, la terre suit la loi du ciel, le ciel suit la loi du dao, le dao suit la loi de ziran ".

Bauer explique : «l'expression ziran signifie littéralement "être ainsi par soi-même». Il est utilisé pour la première fois dans le Daodejing et se réfère à la structure de Tao, qui ne peut pas se référer à autre chose" (Bauer, p. 202).

Dans la tradition taoïste tout cela implique que par le retour à la nature, on pourrait être plus proche du dao. En observant et en imitant la nature, et par le rejet de la culture humaine, on pourrait perfectionner son propre personnage. Aux IIième  et IIIième siècles ces idées ont changé. Il n'est plus absolument nécessaire de rechercher le dao dans la nature, mais plutôt en nous-mêmes car nous sommes devenus le miroir du dao. Bauer dit que, «c’est la seule connaissance de soi-même dans toutes les expressions et toutes les activités de la vie qui est la caractéristique déterminante de la «nature» et de la «liberté», qui peut être trouvé dans la nature, dans le dao ainsi que dans l'Homme idéal / parfait." (Bauer, p. 203)

Selon Wu Yinghua la demande du naturel peut s’expliquer en se référant à l'origine de nombreux mouvements du Taijiquan dans les arts martiaux traditionnels chinois. Ces mouvements ont été élaborés conformément à la physiologie humaine et aux lois de la nature.

En Taijiquan on dit: "Shen xin ziran – le corps et le cœur / l’esprit sont naturels. "Par le calme du mouvement et l'immobilité dans le xin (coeur / esprit), les étudiants / les pratiquants de Taijiquan trouveront et chériront leur naturel.

Cette forme de naturel se réfère au corps et à l'esprit et elle n'est pas supposé venir automatiquement, elle a besoin d'être travaillé et d’être maintenue dans un processus continue. Cela devient évident lorsque Ma Jiangbao (Ma, p. 53) dit à propos de la respiration en Taijiquan, "Bien que la respiration ne doit pas être consciemment dirigée, la bonne respiration ne peut être faite que si le la posture du corps est correcte: tête verticale, coccyx verticale, dos droit, épaules, coudes hanches abaissés. "Ce sont les conditions préalables, qu’on ne donne pas à la plupart des gens mais qui doivent être respectées et maintenus lors d’une pratique régulière du taijiquan.

Partager cet article

Repost 0
Published by haze - dans taijiquan
commenter cet article

commentaires