Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'oeil d'haze
  • : Bienvenue dans ma sphere sur les arts martiaux. c'est totalement subjectif et c'est sans aucun prétention
  • Contact

Recherche

16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 22:32

Il est courant de dire que Le Tai chi, le Xing Yi et le Ba Gua font partie des arts dits internes. Mais il est rare de trouver quelqu'un qui explique les points communs et les différences entre ces styles. Et bien, j'ai traduit un article qui vous explique tout cela. Vous pouvez trouver ce texte ici

La traduction est personnelle je rappele donc que j'ai pu faire des contre-sens

Voici lâ première partie

Faire le tri entre le taiji, le bagua et le xing yi  par Zhang Yun
 

En général, les gens pensent que les arts martiaux traditionnels chinois peuvent être séparés endeux grands groupes: le Waijia Quan (c'est-à-dire, les arts martiaux externes) et le Neijia Quan (c'est-à-dire, les arts martiaux internes). Habituellement, le Tai Ji Quan, le Ba Gua Zhang, et le Xing Yi Quan sont considérés comme des arts martiauxn traditionnels internes. Même si ces arts ont été crées dans des lieux différents et à des moments différents, ils ont leurs propres principes et leurs propres méthodes et ils ont tous gagné une grande réputation. A la fin du XIXe siècle, les pratiquants les plus anciens de ces arts se sont rencontrés et se sont influencés mutuellement. Quelques-uns de ces maîtres ont eu de très étroites relations  et de nombreux maîtres de générations différentes se sont échangé leurs expériences et leurs visions. 
 

Au cours des cent dernières années, de nombreuses personnes ont simultanément pratiqué ces styles, estimant qu'apprendre ces trois styles les aideraient à comprendre les principes avancés des arts martiaux. Si un entrainement mixant ces styles peut être bénéfique, de nombreuses personnes éprouvent des difficultés à avoir une pratique efficace en raison d'une méconnaissance des similitudes et des différences entre ces styles. Cet article tente de gratter la surface de certaines de ces similitudes et de ces différences entre le Taiji, le Xingyi et le Bagua. 
 

1. Développement du Neijia Quan

Le sens original de Neijia Quan est le nom d'un vieux style pratiqué au seizième siècle qui offre des concepts nouveaux et différents des idées des styles d'arts martiaux typiques de l'époque. A partir de documents historiques, il apparaît que les concepts du Neijia Quan ont été développées et ont été propagés à cette époque. Bien que le style original du Neijia Quan ait plus tard été perdu, ses principaux concepts ont été repris par d'autres styles, mais il est difficile de quantifier avec précision l'influence qu'a eu directement le Neijia sur le Taiji Quan, le Bagua et le Xingyi, mais son influence est clairement visible dans ces styles. 
 

Du fait que le Taiji, le Bagua, le Xingyi aient hérité des principaux concepts du Neijia Quan, et que lorsque plusieurs maîtres de ces styles ont découvert, à Pékin, à quel point ils étaient proches, ils ont fait un accord informel pour unir ces trois styles dans une seule famille et ils ont appelé eux-mêmes leur groupe Neijia Quan. Bien que cette désignation ait été informelle, les personnes ont généralement adopté la convention qui erst d'utiliser le terme de Neijia pour  se référer, non pas à un style particulier, mais plutôt à un groupe de style ou à un concept de type de style. 
 

Bien que certains supposent que le développement du Taiji ait eu lieu au cours de plusieurs siècles, l’histoire, clairement documentée, date seulement son développement au milieu du XIXe siècle. Les principes et les méthodes d’entrainement du Taiji ont atteint un point culminant de développement et de sophistication à cette époque. Yang Lu Chan a reçu son début de formation au Village Chen et il a rendu son art célèbre quand il l’a présenté au public à Beijing. Avec sa technique d'utilisation de la souplesse pour contrer la dureté, Yang a gagné une grande réputation en tant que grand combattant et aussi pour le Taijiquan en tant que style d'arts martiaux très efficace. À partir de ce moment, le Taiji est devenu très populaire. Plus tard, différents styles de Taiji ont été développés par les élèves de YLC. 
 

Bien que les mouvements physiques spécifiques puissent être différents, tous les styles de Taiji suivent des principes similaires. Le Taiji est souvent considéré comme peut-être le plus sophistiqué des styles des arts martiaux chinois, comme en témoignent la profondeur et la completude de ses principes. Dans la pratique, l’entrainement du Taiji commence par essayer de comprendre les principes avancés du mouvement, de la tactique et de la stratégie qui sont travaillés pour être exprimé dans le mouvement physique. En conséquence, de nombreux pratiquants ont de la difficulté à comprendre et à maîtriser les techniques du Taiji, même après de nombreuses années de pratique. Ainsi, pour l’entrainement au Taiji, la chose la plus difficile est de savoir comment combiner correctement le principe et la pratique. 
 

Ba Gua Zhang est le plus jeune frère de la famille des arts martiaux internes. Bien que Dong Hai Chuan, la première personne connue à enseigner le Bagua dans les années 1860, ait affirmé qu'il a appris de certains maîtres inconnus, la plupart des gens croient qu'il a inventé le Bagua. Le niveau de Dong et son habileté étaient généralement reconnu comme étant peut-être le meilleur des artistes martiaux chinois de son époque. Dans la deuxième génération de son développement, le Bagua s’est scindé en plusieurs styles différents par ses meilleurs élèves. Les méthodes d’entrainement du Bagua et les techniques ont été développés différemment dans chaque groupe, mais en gardant les mêmes principes de base. 
 

Le principe de base Bagua est bon, mais beaucoup estiment que les principes du développement des techniques et de l’entrainement du Bagua ne sont pas aussi raffinés que ceux de Taiji et du Xingyi, comme en témoigne le manque de richesse des écrits classiques sur le Bagua. Dans la pratique, le Bagua intègre de nombreuses techniques de haut niveau , mais l’entrainement commence à un point intermédiaire mélangeant simultanément des principes de haut niveau et un entrainement physique basique. En raison du développement incomplet des principes d’entrainement du Bagua, de nombreux pratiquants du Bagua ne savent pas quels sont les hauts objectifs à atteindre, de telle sorte qu’ils peuvent stagner à un niveau moyen pendant longtemps et qu'ils éprouvent des difficultés à faire de nouveaux progrès. 
 

Le frère aîné de Neijia Quan est le Xing Yi Quan.  On dit que le Xingyi a été inventé par un certain Ji Long Feng au dix-septième siècle. Bien que le Xingyi ait été enseigné à plusieurs endroits différents après JLF, il n'a pas été très connu jusqu'à Li Luo Neng. LLN et ses élèves ont rendu célèbre le Xingyi et le style a gagné en réputation dans les années 1850. 
 

Le Xingyi utilise des principes et des pratiques au haut niveau, mais sa méthode d’entrainement commence généralement par un accent très basique sur l'entraînement physique. La progression classique de l’entrainement en Xingyi reflète l'évolution des arts martiaux chinois : des pratiques externes vers des pratiques internes. Au début, l’entrainement au Xingyi est très semblable aux arts martiaux externes, et évolue ensuite pour intégrer des principes avancés. En raison du fait que la méthode d’entrainement a été changée dans le travail interne plutôt que dans le travail externe, beaucoup de gens ne peuvent pas le faire convenablement, même si elles ne s’en rendent pas compte. En conséquence, beaucoup de gens aiment la pratique basique ou confondent la pratique de base à des techniques avancées. Dans l’entrainement du Xingyi, la façon de franchir ce point est la chose la plus difficile à faire.
 

Il est intéressant que d’éminents maîtres de Taiji, de Bagua et de Xingyi se soient rencontré à Beijing et aient construit leur réputation au XIXe siècle. En s'échangeant leurs expériences, les maîtres de ces groupes ont révélé que leurs arts partagent des techniques et des principes similaires Donc, finalement, ils ont décidé d'unir leurs techniques dans une même famille. Mais cela ne veut pas dire qu'ils se sont complètement mélangés. En raison de leurs différences, chaque art conserve ses propres caractéristiques. 
 

Chacun de ces trois styles développent des techniques et des principes avancés, bien qu’ils aient, plus ou moins, conservé des techniques de base. Habituellement, les techniques les plus basiques sont faciles à comprendre et à apprendre. Les techniques les plus avancées sont plus difficiles à étudier et ne peuvent pas être facilement comprises. Malheureusement, la plupart des gens comprennent juste les principes de base et, parfois, confondent les techniques de base et les techniques avancées. On dit que, bien qu’il y ait beaucoup de pratiquants, il est très rare de trouver quelqu'un qui ait atteint un haut niveau. 
 

2. Similitudes et différences entre les styles internes sur les principes


Tout comme l'extinction du style Neijia Quan, les trois styles utilisent la philosophie taoïste (à distinguer de la religion taoïste.) comme fondement de leurs principes. Les concepts de base de la philosophie taoïste proviennent de plusieurs sources différentes et ont été développé sur une longue période. Les principales sources comprennent Laozi et Zhuangzi, le Yi Jing, les concepts de Yin-Yang, Wuxing, Bagua et une certaine confusion des idées. Il ya environ 2000 ans, ces principes ont commencé à se mélanger ensemble peu à peu. Enfin, l'idée de Tao, le nom de la philosophie taoïste, est devenue le principe le plus influent envahissant la culture chinoise traditionnelle. 
 

Quand les arts martiaux ont été développés à un certain niveau, les gens ont voulu utiliser des principes plus élaborés pour changer leur pratique. Comme pour la base la plus importante de la culture traditionnelle chinoise, le taoïsme a été naturellement introduit dans les arts martiaux. Du vieux Neijia Quan au Taiji Quan, Bagua, et Xingyi, ils ont tous utilisé la philosophie taoïste comme fondement de leurs principes. De ce point de vue, lorsque le niveau de pratique en Taiji, en Bagua et en Xingyi a été développé à un niveau supérieur, la pratique et les applications deviennent plus proches puisqu’ils sont issus du même principe général. Cela signifie que le même principe engendre le fait que les essences de ces styles soient similaires.


Bien que le Taiji, le Bagua, et le Xingyi soient dérivés du même principe, chaque art met l'accent sur un aspect différent des principes taoïstes. Le Taijiquan utilise le principe Taiji de la philosophie taoïste, comme concept principal. Ce principe met l'accent sur la dynamique du concept Yin-Yang (c'est-à-dire, positif-négatif, actifs-inactifs, substantiel-non substantiel). L'idée principale est l'équilibre et les changements du Yin-Yang. De ce principe, certaines techniques spéciales du Taiji ont été développées, comme la façon d’utiliser le calme pour vaincre le mouvement, comme la façon dont le faible peut vaincre le fort, et comme la façon d'attirer l'adversaire à venir et à le faire tomber par sa propre force, etc...



Le Baguazhang utilise le principe du Bagua de la philosophie taoïste comme principal concept. Ce principe est basé sur le Yi Jing (c'est-à-dire, le livre des mutations), qui a, pour principe, l'évolution du monde. De ce principe de mutation, certaines techniques spéciales ont été développées dans le Bagua, comme Tou Shen Huan Ying (voler le corps au lieu de l'ombre), Ye Di Cang Hua (la fleur caché sous les feuilles), et Zou Ma Hui Tou (cheval tournant la tête en arrière en galopant), etc...
 



Le Xingyiquan combine les attributs du Xing (la forme des 12 animaux) et du Yi (la pensée/l’intention). Le principe du Wuxing (5 éléments) de la philosophie taoïste est utilisé comme principal concept. Le principe Wuxing met l'accent sur la règle du Sheng (création) et du Ke (destruction) de l'évolution universelle. De ce principe, certains techniques du Xingyi ont été développées, telles que Pi, Beng, Zhuan, Pao, Heng, les cercles de création et de destruction du Sheng et du Ke, etc ...
 

Partager cet article

Repost 0
Published by haze - dans Nei jia quan
commenter cet article

commentaires