Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'oeil d'haze
  • : Bienvenue dans ma sphere sur les arts martiaux. c'est totalement subjectif et c'est sans aucun prétention
  • Contact

Recherche

20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 23:20

En essayant de résumer le chapitre de la vitesse du bouquin de Weineck, je suis tombé plusieurs fois sur le terme force vitesse. Je me suis donc intéressé de plus près à ce concept. J'espère avoir bien tout compris.

 

Tout d’abord, une définition : la Force vitesse est la capacité de surmonter des résistances avec la plus grande vitesse de contraction. C’est une définition un peu compliqué. Pour mieux comprendre je prendrais un autre terme qui est « puissance ». En physique la puissance est égale à F(force)xV (vitesse). La force vitesse est donc composée de deux composantes la vitesse et la force.

 

La force vitesse se traduit via à un geste sportif spécifique, un mouvement technique plus ou moins complexe. Elle se travaille donc sur un mouvement technique précis, pas de manière globale.

 

A chaque geste technique correspond un programme dans le système nerveux. Il faut savoir qu’il y a deux types de programme : un court et un long. Le programme court permet une mise en action plus rapide que le long. Selon le sportif le mouvement de force vitesse mettra en œuvre soit un programme court (pour les doués) soit un programme long (pour les moins doués). L’entrainement a des effets limités sur les programmes.

 

Les programmes courts impliquent des impulsions rapides et directes vers les muscles principaux. Cela est du a une phase d’innervation préalable très marquée. Les programmes longs ne comportent pas de commande rapide des muscles. Du coup, le travail se fait avec un retard par rapport aux programmes courts.

 

La force vitesse est donc dépendante de la structure du muscle, de la coordination intra et intermusculaire, des modes d’innervation, de la vitesse motrice, de l’angle de travail et du type de sollicitation musculaire.

 

La production d’une force vitesse se réalise de la même manière qu’une contraction dynamique ou isométrique.

 

La capacité de force vitesse (autre petit nom de la vitesse acyclique) dépend essentiellement de trois facteurs :

-          le programme moteur existant qui provoquent un bref temps de démarrage, un rythme maximum et une incapacité à modifier en cours de réalisation. Il s’agit des contractions les plus rapides.

-          Le type de fibres musculaires activées où les fibres IIb sont les fibres ayant la plus grande vitesse de contraction

-          La force de contraction de fibres musculaires engagées, soit la section des fibres IIb

 

Du point de vue méthodologie d’entrainement on distingue :

-          la force de démarrage qui demande de générer une force maximal au début de la contraction musculaire. Il est question du nombre maximal d’unité motrice engagé au début de la contraction. La force de démarrage se fonde surtout sur un programme moteur rapide et est relativement indépendante de la force

-          la force explosive qui demande d’avoir la force maximale développée dans le temps le plus court possible. Elle est donc caractérisée par le nombre et la force de contraction des fibres concernés. Elle dépend largement de la force maximale.

 

Donc pour des charges très légères c’est la force de démarrage qui est demandé. Pour des charges plus élevé c’est la force explosive qui est demandé (la durée de l’effort augmente automatiquement). Pour des charges très élevé c’est finalement la charge maximale qui intervient.

Partager cet article

Repost 0
Published by haze - dans entrainement
commenter cet article

commentaires